PAYS MEMBRES   Côte d'Ivoire    Ghana    Togo    Bénin    Nigéria

fren

L'OCAL sur Facebook  L'OCAL sur LinkedIn  L'OCAL sur Twitter  L'OCAL sur Youtube  L'OCAL sur Google Plus

 

Les Secteurs du Transport et du Transit routiers en Afrique de l’Ouest en général et spécifiquement le long du Corridor Abidjan-Lagos sont confrontés à des pertes de temps et des coûts additionnels pour les différents intervenants dans la chaîne des transports.

Suivi des indicateurs régionaux de performance du projet de réhabilitation de la route Lomé Cotonou et de facilitation du transport (pr5) sur le corridor Abidjan-Lagos-phase 1

FINANCEMENT UEMOA

Dans le cadre de la mise en œuvre de la composante « facilitation du transport » du Projet Multinational Bénin/Togo-Projet de réhabilitation de la route Lomé-Cotonou et de facilitation du transport sur le Corridor Abidjan–Lagos, la Commission de l’UEMOA a signé avec l’OCAL une convention pour le suivi des indicateurs régionaux de performance dudit projet.

Les indicateurs régionaux de performance suivis par l’OCAL sur le corridor sont les suivants :

  1. Le volume des échanges commerciaux enregistrés à la frontière entre le Bénin et le Togo
  2. Le temps de parcours entre Pahou et Hillacondji 77,5 km
  3. La réduction du nombre de barrages routiers aux 100 km dans les Etats du Benin et du Togo
  4. La durée de transit à la frontière, Hillacondji-Sanvee Condji
  5. Le nombre d’accidents de la route entre Pahou et Hillacondji.

 

Ce projet s’intègre dans le programme régional de facilitation du transport et du transit routiers de  l’UEMOA et vise l’amélioration des conditions de transport sur le corridor Abidjan-Lagos avec une approche globale intégrant la réhabilitation et/ou l’uniformisation des infrastructures routières, de transit, l’équilibre des avantages entre pays ainsi que l’application effective, par tous les pays concernés, des mesures de facilitation du transport. Ainsi, la réduction des obstacles au commerce, n’aura que des impacts limités sur la promotion des échanges intra régionaux entre le Bénin et le Togo et voire les pays du corridor Abidjan-Lagos et de la sous-région, si elle n’est accompagnée de mesures visant à lever les barrières tant physiques que non tarifaires, notamment le mauvais état de l’infrastructure de transport, le développement peu poussé des services de transport et de logistique, ainsi que la lenteur et la lourdeur des procédures administratives au niveau des postes frontières.

Le but sectoriel du projet est de promouvoir les échanges, la croissance économique et l’intégration du Bénin et du Togo dans l’arène régionale des pays de l’Afrique de l’Ouest et d’améliorer la compétitivité de leurs économies par la modernisation de l’infrastructure de transport du corridor Pahou-Hillacondji et l’élimination des barrières non tarifaires au commerce. Les objectifs du projet sont doubles, à savoir : i) améliorer l’environnement des échanges et ii) améliorer l’efficacité des services de transport et de logistique le long du corridor de transport Pahou-Hillacondji, notamment par la réduction des barrières non tarifaires, des délais et de l’incertitude concernant les temps de transit.